Sophie Hesbois, Briseuse de chaines. Experte en transition de vie.

chapitre 1 enfant curieuse
Author picture

Naissance d’un roman

Toute ma vie, j’ai rêvé de devenir écrivain. A 9 ou 10 ans, j’écrivais déjà les premiers chapitres d’une fiction.
Puis les peurs, les doutes, les conditionnements, sont passés par là, m’enfermant dans un carcan inextricable.


Totalement perdue, incapable de m’exprimer clairement, je me retranchais dans l’écriture d’un journal intime (un cahier à l’époque), histoire de noter sur le papier ce que je ne savais pas ou plus demander ou exprimer par la parole.


J’écrivais ponctuellement des fictions, sous forme de textes courts pour le plaisir d’écrire, avec cette passion qui me permettait de m’évader de ma prison. J’écrivais aussi mes idées, mes récriminations et mes réflexions, dans un ton beaucoup plus sombre.


Quelques décennies plus tard, en 2010, j’ose poser une première idée de roman dont le but est de rompre -enfin !- toutes mes chaines. C’est évident pour moi, au regard de mes habitudes d’écriture : un roman allie à la fois la fiction (pour le plaisir et la créativité) et l’expérience de vie réelle (pour la libération et la compréhension de son histoire personnelle).


JE VEUX FRAPPER FORT, extraire de ma tête, de mon coeur et de mon corps, une bonne fois pour toutes, tout ce qui m’étrangle, m’interroge, me paralyse.


Le titre « jouissance et vacuité » s’impose comme une évidence (un titre plus tout à fait pertinent avec le recul) et je trace le plan d’un premier jet en 2 parties.


Il faudra 10 ans, plusieurs remaniements, l’ajout d’une 3ème partie, un grand nombre de relectures pour aboutir au roman publié.


10 ans, c’est le temps qui faudra aussi pour sauter le pas du rêve de devenir écrivain à sa concrétisation, à l’exposition de mon texte.


Le premier chapitre : « Le sexe opposé » de la partie : NAISSANCE (offert à la suite) est suivi d’un espace coaching du chapitre afin de partager sur le sujet ou le message (quand il existe), pour vous accompagner dans votre propre développement personnel ou votre écriture biographique ou de fiction.

Partie 1 – NAISSANCE
Chapitre 1 – Le sexe opposé

La gamine, obsédée par les garçons, déambule dans la cour de récréation. Avide de réponses, elle les étudie tandis qu’ils courent, s’invectivent, rient, sautent, s’attrapent, se poussent, crient encore. A vrai dire, c’est plutôt leur pénis qui accapare ses pensées.Le cœur secoué par son audace anticipée, elle repère un solitaire, légèrement à l’écart et s’élance vers lui sans hésiter.– Tu me montres ton zizi et je te montre le mien, d’accord ? dit-elle d’une traite, son joli regard sombre fixé sur le gamin.Elle termine sa tirade par une petite moue, la tête légèrement inclinée sur son épaule. Le rictus gêné par son effronterie se mue en un sourire de séductrice en herbe dans les yeux du garçon. Il acquiesce et elle contient sa joie tandis qu’ils prennent la direction du bloc sanitaire.

Par un étrange coup du sort, les toilettes sont désertes, aucun des enfants n’en prend conscience, absorbés tout deux par l’exceptionnel de la situation.

-Tu commences ! lance la petite.

Au milieu de la pièce aseptisée, le garçon baisse son pantalon et son slip d’un seul mouvement. 

La fillette observe le bout de chair molle, rose et lisse du garçon planté là, le vêtement sur les chevilles, les bras ballants.

Le sexe repose sur une protubérance qu’elle a du mal à définir. Elle ne sait dire si cet amas de chair de part et d’autre du tuyau de peau est dur ou pas.

Le sexe d’un garçon n’est pas simplement composé d’un tube jaillissant du bas ventre, il est plus complexe et génère plus d’étonnement et d’interrogations que son imagination n’en a été capable jusque-là.

L’examen ne dure que quelques secondes dans un silence solennel.
Déjà, le gosse se reculotte. Il attend son tour. Elle le provoque, menton en avant, lèvres pincées, regard déterminé et s’enfuit sans un mot.

Il n’est pas question qu’elle montre son kiki à n’importe qui !

Réfugiée dans un coin de la cour, elle oscille entre culpabilité, cherchant des yeux le garçon lésé par sa fuite, et une grande perplexité due à sa découverte. Il lui faut approfondir le sujet admet-t-elle, frustrée.

Elle veut savoir. Elle veut comprendre. Et toucher aussi. Mais où trouver un garçon disponible et disposé lorsqu’elle n’a qu’une sœur à la maison ?
Le sexe est décidément difficile à appréhender à cinq ans.

Le roman dans son intégralité est en vente ici

Le coaching du chapitre

Le cadre est posé. Il semble que la fillette éprouve un vif intérêt pour le sexe masculin (l’opposé).
Elle montre une grande détermination malgré sa timidité (ou sa gêne). Elle agit et obtient satisfaction, cela devait s’ancrer comme une expérience positive.

L’héroïne ressent déjà de la culpabilité (elle a trahi sa parole), des remords ou de la gêne, ou peut-être a-t-elle peur des représailles (elle reste redevable), voilà un bagage bien lourd à porter si jeune, d’autant que la culpabilité est une chaine qui oriente rarement les prises de décisions dans son intérêt ou celui de son épanouissement.

En conclusion, l’expérience, a priori positive, pourrait s’ancrer négativement : obtenir satisfaction = culpabilité

A la maison, elle n’a pas de frère, on ne parle pas facilement de « ces choses-là » (on peut le déduire), alors très tôt, elle se tourne vers l’extérieur pour obtenir des réponses à ses questions.

Enfin, l’enfant ne compte pas en rester là, elle est curieuse et a soif d’apprendre. Quoi qu’elle ait intégré consciemment ou inconsciemment de son expérience, elle continuera d’approfondir le sujet qui lui tient à coeur.

Les échos sur vous :

Quel est le souvenir d’enfance, celui que vous n’avez pas oublié, associé à une forte émotion agréable ou non ?
Trouvez-vous les qualités, les forces ou les capacités, que vous avez démontrées ou acquises dans cette expérience d’enfance ?
Avez-vous un souvenir de culpabilité (ou autre émotion) en lien avec le thème traité dans ce chapitre ?

Sous quelle forme le raconteriez-vous : une biographie (au plus proche de la réalité) ; une autofiction (en partie romancé, souvent pour combler les oublis ou préserver les véritables protagonistes) ; une fiction (le concept, l’idée ou l’émotion, est là mais dans un contexte radicalement différent du souvenir) ?

N’hésitez pas à partager en commentaire les émotions, réflexions ou ressentis que vous inspirent ce chapitre.

Si vous le souhaitez, partagez votre chapitre d’enfance dans votre propre style en commentaire (brisez vos chaines, occupez votre scène !)

Profitez également d’un espace de dialogue offert et sans engagement, pour partager votre ressenti sur ce chapitre et en quoi il fait écho en vous. Prenez rendez-vous ici

Autres articles

Votre véritable nature ?

Je ne peux aborder les 3 autres planètes de notre système de vie sans m’arrêter maintenant sur le corps céleste le plus

Le bonheur dans le changement ?

Ceci est le 3ème et dernier article de la série sur la construction en 3 parties de mon roman, Jouissance et Vacuité.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour en haut

VOTRE GUIDE
"CHOISIR C'EST réUSSIR !"

5 clés pour que vos choix vous conduisent à la réussite !

30 pages de contenu
DONT 5 AUTO-COACHING OFFERTS !

Ce que vous allez apprendre en téléchargeant ce guide :