Sophie Hesbois, Briseuse de chaines. Experte en transition de vie.

le bonheur dans le changement
Author picture

Le bonheur dans le changement ?

Ceci est le 3ème et dernier article de la série sur la construction en 3 parties de mon roman, Jouissance et Vacuité.

Après une partie 1 « Naissance », où le personnage féminin vit et découvre son corps, instinctive et animale (lire ici le 1er article); la partie 2 « Connaissance », où l’héroïne s’inscrit dans la communauté afin de faire vivre sa part spirituelle et son besoin de structure (lire ici le 2ème article), la 3ème partie s’appelle « Renaissance » : c’est  la sortie de l’école, une nouvelle étape de vie.

L’héroïne dispose d’un bagage de connaissances, elle les a éprouvées, subies ou appréciées et elle désire cette fois s’affranchir du cadre et décider par elle-même, quitter les conditionnements, l’uniformité (qu’elle n’arrive pas à accepter sans se mentir), et vivre sa différence en toute liberté.

Dans cette partie de mon roman, j’ai à cœur de faire vivre mon personnage en conscience et en réflexion (peut-être les balbutiements d’une forme de sagesse ?).

Dans cette partie, l’héroïne va faire le tri entre ce qu’elle garde de ses expériences, de ses croyances, et ce qu’elle rejette comme des greffes incompatibles avec ce qu’elle souhaite devenir, avec sa quête d’amour qu’elle n’a toujours pas satisfaite.

Il est un fait que nous sommes le produit de conditionnements.

Il est impossible de s’en affranchir, nous ne faisons que les transformer, les adapter, les rejeter ou les intégrer au gré de notre évolution personnelle, au gré de notre quête d’amour, de reconnaissance, de paix, de bonheur… ou quelque soit le besoin ou le désir du moment.

Contrairement à la formule populaire, on ne refait pas sa vie, on la continue. Nous ouvrons un nouveau chapitre chaque fois que nous traversons une phase de transition, de prise de conscience qui invite au changement. Il est certes « neuf », indépendant de ce qui le précède et pourtant, le chapitre fait partie de l’ensemble, il crée le lien, la cohérence de l’ensemble du roman de notre vie.

Notre héroïne n’y échappe pas. Même si à ce stade, elle ne l’a pas encore totalement accepté et assimilé, elle est le fruit de son histoire passée. Elle va « simplement » tenter de corriger ses pensées et comportements afin de trouver un équilibre favorable à son épanouissement.

Le nettoyage profond, la transformation, qu’elle opère en elle et autour d’elle, équivaut à un tsunami : elle veut détruire ce qui l’a construite, une grande partie de ses fondations. Et pour cela, inévitablement, elle compare ce qu’elle vit aujourd’hui en écho à des expériences ou des réflexions passées, elle revisite son histoire.

Pour renforcer sa motivation, déstabiliser plus sûrement ses acquis néfastes, elle choisit de quitter ses repères parisiens pour s’installer dans le Sud de la France où elle ne connait personne.

Ca n’est pas le stade où elle est totalement libre (bien qu’elle peut le croire par moment), c’est celui où elle désire se libérer, elle est sur le chemin, encore dans le flou, l’étape la plus fragile car il faudrait peu de turbulences, d’égarements, pour la faire basculer dans ses travers passés et se perdre à nouveau dans ses zones connues et si délétères… Tombera-t-elle encore une fois ? et surtout, se relèvera-t-elle ?

Cette partie 3 est la plus surprenante, entre action, introspection et analyse, à l’image de la vie, pleine de surprises, de rebondissements et d’autres choses qui font l’humanité.

Dans ce chapitre, l’héroïne se pose dans sa nouvelle vie et, avant de se lancer dans tout et n’importe quoi (comme on serait tenté de le faire lorsque l’on sort d’une forme d’emprisonnement), elle observe, réfléchit, envisage les options qui s’offrent à elle, cette fois dans son entière responsabilité.

A la suite de ce chapitre complet de la partie RENAISSANCE, je vous propose un coaching pour poser vos propres émotions et réflexions à la lecture de ce texte.

Partie 3 – RENAISSANCE
Chapitre 5 – Ailleurs, continuer

Elle a quitté Paris pour la chaleur et l’indolence du Sud, pour endormir ses blessures et ses ruminations. Loin des obligations religieuses.

Un horizon de brume dans la tête, elle avance un pas après l’autre en regardant devant elle sous le ciel limpide et le soleil aveuglant de Toulouse, sa nouvelle ville.

Elle s’est promis, en posant ses valises dans ce nouvel environnement, de ne plus verser une larme sur un homme. Plus jamais une religion ne décidera pour elle ce qu’il est bon ou pas d’être ou de faire. Plus jamais, une ville ne l’asservira à son coût, sa cacophonie et sa pollution.

Voilà pour ce qu’elle ne veut plus.

Il en est tout autre de ce qu’elle veut. Toujours empêtrée dans sa rupture avec Laurent, son cerveau débranché, elle ne réfléchit pas encore à leurs actes, leurs désirs, leurs mots, ses choix passés, enfermés dans les tréfonds de son amertume. Elle sait le chaos immense qui l’encercle, les bagages de sa noirceur, de ce pan de vie spectatrice ou victime.

Au fil des jours, elle observe ses réactions, ses pensées immédiates afin de trouver leur origine. Elle modifie lentement sa conception de la vie, sa façon de réfléchir, de juger, sur une nouvelle base, un nouveau paradigme sans critères religieux. Elle extirpe peu à peu de ses années de devoirs, de culpabilité, de condamnations, ce qui fonde sa personne authentique. Elle a pour ligne directrice, un nouveau leitmotiv : je suis quelqu’un de bien et je m’aime ! Mais pas le bien qu’on prône dans les cercles bien-pensants, dans les religions, surtout pas ! Elle est quelqu’un de bien parce qu’imparfaite. La perfection est dans l’imperfection. Le véritable amour, inconditionnel, englobe l’être tout entier, forces et faiblesses, qualités et défauts compris. Elle y croit parce que ça transforme le regard qu’elle pose sur elle et sur les autres, augmente son énergie, son enthousiasme. Quel meilleur indicateur que la fameuse paix mêlée de joie, qu’elle désire tant, pour reconnaitre la vérité ?

Elle liste mentalement tous ses défauts -et elle en a ! En soi, ils n’ont aucune importance. Ce qui leur confère leur réalité, c’est ce qu’elle en fait. Dorénavant, elle regarde ses faiblesses en face, les accepte et les relègue à une place à leur mesure. Elle libère son mental de ses fautes et remplit l’espace de ses pensées de qualités au service de son épanouissement. Ses faiblesses ne disparaissent pas, -c’est aussi impossible que de vouloir garder une seule face d’une pièce de monnaie-, simplement elle peut les contrôler plutôt que les laisser la contrôler, elle se focalise sur ses forces et laisse ses failles de côté.

C’est nouveau pour elle de repérer ses qualités mais à chercher, elle trouve. Son parcours lui a appris à se battre, s’adapter, s’émanciper. Elle est forte et déterminée. Elle l’ignorait, elle se croyait faible et inconstante.

Elle s’aime et fait ce qu’elle veut, comme elle veut, avec qui elle veut ! 

L’amour de soi rend libre. Hors religion, elle se trouve devant le précipice de tous les possibles ! Il lui suffit de sauter, de prendre ! De vivre ! La sensation est vertigineuse !

Si elle le désire, elle peut boire jusqu’à ne plus savoir son nom, elle peut fumer jusqu’à cracher ses poumons, perdre la tête et danser jusqu’à s’étourdir et tomber, jouer pour de l’argent et flirter avec la banqueroute ! Elle peut risquer sa vie, sa santé, son confort matériel pour une dose d’adrénaline, une satisfaction immédiate.

ELLE PEUT TOUT !

A ses pieds, la débauche et l’abus vantent leurs bienfaits : tabac, alcool, sexe, oisiveté et nombre de façons de casser, de se moquer des codes, de la morale, du savoir-vivre, du savoir-être. De provoquer, de se rebeller, de se croire différent ou intégré.

Elle reconnait toutes les impulsions qu’elle s’est refusée durant des années. Elle a conscience que rien dans cette palette de possibilités ne l’élève, aucun choix ne peut combler ses manques, et pour cause, elle les a tous expérimentés dans sa jeunesse et n’y a pas trouvé la satisfaction promise.

Elle fouille dans son passé et se souvient que toutes ses décisions de jeunesse l’ont plutôt desservie. Pour se recadrer, s’élever, elle a rejoint la religion et lui a donné tout pouvoir sur son développement spirituel et temporel, incapable par elle-même de faire des choix judicieux. Dans ce parcours religieux, elle a abdiqué son libre-arbitre, fui ses responsabilités.

Personne ne l’a obligée à porter ses entraves. Le fait est qu’elle s’est enfermée seule et libérée seule, personne ne l’a suivie avec armes et reproches pour l’emprisonner de nouveau. Dieu n’est pour rien dans l’histoire. Si quelqu’un a menti, a trahi, c’est elle et uniquement elle. Elle a trahi sa personne et s’est asservie à des leurres, doutant de ses capacités à prendre sa vie en mains, de faire les bons choix. Elle a préféré lutter contre des chaines fantômes, des coupables imaginaires, figée dans des certitudes erronées, des croyances absconses.

Elle était si immature qu’il lui a fallu des années d’école religieuse pour comprendre et accepter sa responsabilité envers elle-même. Elle n’était rien que le produit de ses peurs et tous ses actes en étaient l’expression.

En attendant de pouvoir intégrer ces vérités lourdes de conséquences, elle s’exerce aux pouvoir du moment présent. Sa nouvelle bible, Le pouvoir de l’intention, du Dr Wayne Dyer, échouée si opportunément entre ses mains à la faveur d’un échange amical, ramène à son esprit tout un écheveau de réflexions nouvelles autour de Dieu. Elle découvre la spiritualité sans le masque de la religion. Après l’amour de soi, elle apprend la responsabilité, et avec elle, la liberté d’orienter ses croyances et ses actions.

Le roman dans son intégralité est en vente ici

Coaching du chapitre

Dans ce texte notre héroïne a quitté Paris (sa ville de cœur), sa religion (avec la communauté qui l’entourait), ainsi que son dernier amour.

Elle semble revivre dans une phase qu’elle a déjà traversée lorsqu’elle a quitté sa ville de naissance pour la capitale (en partie 2)…

…Est-ce une fatalité ? Revit-elle la même situation ? Quelles sont les différences ? qu’a-t-elle appris ?

Elle se retrouve « nue », libre de reconstruire totalement sa vie sur les restes chaotiques de l’ancienne… encore une fois.

Quels nouveaux choix fera-t-elle ?

Elle décide de réfléchir posément, se plonge dans des périodes d’introspection car si elle veut reconstruire ailleurs, elle ne désire pas pour autant tout jeter de l’ancienne vie : il reste de bonnes et belles choses de son vécu, elle souhaite les intégrer comme des atouts, à la vie qu’elle veut bâtir à présent.

Elle apprend à s’aimer, elle écoute plus souvent son intuition et observe l’énergie qui l’enthousiasme ou la plombe comme un indicateur sûr de vérité ou d’illusions.

Le livre du Dr Wayne Dyer « le pouvoir de l’intention » lui apprend une autre façon de choisir, à partir du ressenti, des mouvements de l’énergie en soi en réponse à ses pensées. Ce concept spirituel est son nouveau guide.

Les échos sur vous : Cette situation fait-elle écho en vous, avec une situation de bouleversement de vie, qu’il s’agisse de changement géographique, amoureux, social, cultuel, professionnel ?

Quelle est la première action, la première émotion ou la première pensée que vous avez eue lorsque vous avez pris conscience que vous deviez modifier quelque chose dans vos habitudes ?

Qu’avez-vous fait (ou pensé) en premier lorsque votre situation a effectivement changé ?

Quelles qualités, forces ou capacités, avez-vous mis en œuvre ? (cette fois, notre héroïne a choisi l’introspection, le recul avant d’agir).

Sous quelle forme le raconteriez-vous : une biographie (au plus proche de la réalité) ; une autofiction (en partie romancé, souvent pour combler les oublis ou préserver les véritables protagonistes) ; une fiction (le concept, l’idée ou l’émotion, est là mais dans un contexte radicalement différent du souvenir) ?

N’hésitez pas à partager en commentaire les émotions, réflexions ou ressentis que vous inspirent ce chapitre.

Si vous le souhaitez, partagez votre chapitre d’enfance dans votre propre style en commentaire (brisez vos chaines, occupez votre scène !)

Profitez également d’un espace de dialogue offert et sans engagement, pour partager votre ressenti sur ce chapitre et en quoi il fait écho en vous. Prenez rendez-vous ici

Autres articles

Votre véritable nature ?

Je ne peux aborder les 3 autres planètes de notre système de vie sans m’arrêter maintenant sur le corps céleste le plus

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour en haut

VOTRE GUIDE
"CHOISIR C'EST réUSSIR !"

5 clés pour que vos choix vous conduisent à la réussite !

30 pages de contenu
DONT 5 AUTO-COACHING OFFERTS !

Ce que vous allez apprendre en téléchargeant ce guide :